26 septembre 2020
Autisme et autogestion

Maîtrise de soi avec l’autisme

L’autodiscipline est une compétence que la plupart des enfants souffrants d’autisme (autistes) ont du mal à acquérir. Il s’agit non seulement de crises inappropriées, mais aussi d’habitudes qui peuvent être potentiellement dangereuses, comme être agressif envers les autres ou se faire du mal à soi-même, par exemple se cogner la tête contre les murs. Pour prévenir ces comportements et d’autres encore, une technique que les parents et les éducateurs peuvent utiliser pour contrôler les tendances autistiques est l’autogestion. Donner à l’enfant un pouvoir sur lui-même est souvent la clé pour garder le contrôle des situations violentes et peut être une étape positive vers l’apprentissage d’autres comportements.

L’autogestion fonctionne parce que l’enfant n’est plus entièrement contrôlé par les autres.

En enseignant l’autogestion pour autisme à des moments précis de la journée, par exemple pendant que l’enfant est à l’école ou en thérapie, l’enfant aura plus de chances de continuer à pratiquer l’autogestion à tout moment de la journée. L’essentiel est de mettre en place un programme dans lequel il surveille son propre comportement et ses activités. Commencez par de courtes périodes et continuez à surveiller l’enfant d’un point de vue plus passif. Toutes les dix à quinze minutes, rappelez à l’enfant qu’il est en contrôle et qu’il doit surveiller et être conscient de ses bons et mauvais comportements.

Ce suivi est une forme d’auto-évaluation.

Lorsqu’un enfant est en contrôle, il peut réfléchir plus attentivement à son comportement passé et présent. Fixez des objectifs clairs avec l’enfant – par exemple, un après-midi sans agression envers les autres ou une journée à l’école sans automutilation. Toutes les quinze minutes, demandez à l’enfant comment il va. L’objectif est-il atteint ? Si la réponse est non, peut-être que l’enfant n’est pas prêt pour l’autogestion, ou peut-être que les objectifs sont trop irréalisables. Vous voulez vous assurer que les objectifs sont faciles à atteindre dans un premier temps, puis faire évoluer l’enfant vers des objectifs plus difficiles à l’avenir. Lorsqu’un enfant réussit à s’autosurveiller, il aura une attitude plus positive à l’égard de l’expérience.

Bien entendu, un système de récompenses est un élément important de l’autogestion.

Demandez à l’enfant de trouver sa propre récompense, en fonction de ses intérêts. Le renforcement rendra ces objectifs de bon comportement plus clairement marqués dans l’esprit de l’enfant, et en le choisissant et en le récompensant lui-même, l’enfant se sentira complètement maître du système d’autogestion. Choisissez d’abord des récompenses simples, comme des sourires pour chaque objectif atteint et des visages tristes pour chaque objectif non atteint, puis passez à un objectif plus important, comme une activité spéciale ou un nouveau jouet lorsqu’un certain nombre de sourires a été atteint.

Ces types de programmes ne se développent pas du jour au lendemain, il est donc important que vous et l’enfant ayez suffisamment de temps à consacrer à une expérience d’autogestion. En renforçant le bon comportement par des récompenses, déterminées par l’enfant plutôt que par un adulte, il ou elle sera plus enclin(e) à poursuivre cette démarche même s’il ou elle ne participe pas au programme. Si votre enfant autiste est suffisamment mature, ce programme de traitement pourrait être un bon choix à essayer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *