4 décembre 2020
La création de liens fonctionne-t-elle encore ?

La création de liens fonctionne-t-elle encore ?

En septembre, Google a annoncé un changement dans la façon dont il explore et évalue les liens, en ajoutant deux nouvelles options d’attributs et en modifiant la façon dont il traite l’attribut nofollow. Les créateurs de liens devront attribuer à tous les liens payés la mention “nofollow” ou “sponsored” pour éviter les pénalités. Le secteur de la création de liens est-il donc mort ?

Depuis que la première mise à jour de l’algorithme de Google Penguin a commencé à pénaliser les sites web ayant des profils de liens entrants non naturels en avril 2012, un nombre croissant de personnes s’inquiètent de la fin de l’industrie du link building et du fait qu’il est trop risqué d’investir dans ce domaine.

Mais est-ce la vérité ? Le link building est-il encore utile ?

Pour obtenir des réponses à ces questions, commençons par un rapide rappel.

Qu’est-ce que le link building ?

Le link building est le processus qui consiste à aller délibérément à la recherche d’endroits qui auront un lien avec votre contenu.

Depuis le tout début, les liens constituent un signal de classement confirmé et puissant dans l’algorithme de Google. Ils ont toujours été considérés comme un moyen de déterminer la popularité et la crédibilité d’un site. Ils sont au cœur de ce qui a séparé Google de tous les autres moteurs de recherche qui l’ont précédé. Les liens ont aidé Google à déterminer quels sites étaient les plus populaires, ce qui lui a permis de donner facilement aux chercheurs ce qu’ils voulaient.

Il est tout à fait naturel que les webmasters aient fait tout ce qu’ils pouvaient pour essayer d’en gagner plus, y compris en prenant tous les raccourcis auxquels ils pouvaient penser. Le fait d’être au sommet de Google a rendu de nombreux webmasters et propriétaires d’entreprises très riches.

Pendant longtemps, presque tous les types de création de liens ont fonctionné – et ont très bien fonctionné.

La création de liens a un passé un peu sulfureux

Au début, le link building était un véritable Far West, où tout était sur la table et où pratiquement tout fonctionnait.

Au début, l’acquisition de liens était pratiquement entièrement manuelle, les webmasters concluant des accords pour créer des liens entre eux et les premiers SEO recherchant des annuaires auxquels ils pouvaient soumettre leurs liens.

Au fil du temps, les gens ont compris que les liens pouvaient être facilement placés dans des articles de blog, des forums, des livres d’or et des sections de commentaires. Le texte d’ancrage (les mots sur lesquels on peut cliquer) s’est révélé être un facteur de classement énorme (presque obscène). L’automatisation a rendu les choses très rapides et évolutives, tandis que le travail à l’étranger a rendu la création de liens en masse à la fois bon marché et efficace. Les liens pouvaient être facilement achetés et vendus, avec peu de répercussions.

Les réseaux de liens sont devenus très importants, avec des milliers (peut-être même des millions) d’annuaires, de blogs et de sites factices tous construits pour cultiver les liens et jouer avec les moteurs de recherche.

Mais finalement, Google a commencé à sévir contre les liens manipulateurs et a fait savoir qu’il attendait des webmasters qu’ils créent un contenu de qualité et qu’ils gagnent des liens naturellement.

À leur tour, des tactiques comme le link-baiting (écrire du contenu destiné à des personnes très susceptibles de créer des liens), le link building (atteindre les sites ayant des liens rompus sur leurs pages et leur demander de les remplacer par les vôtres) et le link building basé sur le contenu (comme les messages d’invités et les infographies) ont commencé à être mis en avant.

Lorsque la mise à jour de Penguin est arrivée, elle a fait mouche : Les liens trop manipulateurs allaient être sanctionnés. Des milliers de sites qui s’étaient engagés dans des tactiques mal exécutées ont été durement touchés.

Google savait de mieux en mieux quand faire confiance à un lien, si un lien était donné sur le plan éditorial et s’il était pertinent ou non.

Google a déployé beaucoup d’efforts pour détecter et pénaliser les webmasters qui poursuivent agressivement des liens non naturels. Si vous ne savez pas ce que vous faites, vous pouvez facilement vous attirer des ennuis.

Alors, que se passe-t-il avec le dofollow, le nofollow, l’ugc et le sponsored ?

Depuis 2005, Google utilise la balise rel=”nofollow” pour identifier les liens dans le contenu que le propriétaire du site ne voulait pas voir apparaître – parce qu’il n’approuvait pas le contenu du lien ou parce qu’il ne voulait tout simplement pas se soustraire à une quelconque autorité.

En septembre 2019, cependant, Google a fait évoluer son utilisation des balises nofollow pour ne plus servir de signal pour ignorer la page, mais plutôt pour la classer. Afin de mieux comprendre le fonctionnement (et les liens) des sites web, Google a introduit des balises supplémentaires.

Comme pour toute mise à jour de Google, le déploiement est lent et il faudra des mois avant de voir des changements substantiels, le cas échéant, dans les résultats de recherche.

Mais au fur et à mesure que les SEO et les créateurs de liens se développent, ils doivent prendre en compte le contenu des liens et appliquer les balises avec précision. Et avec Google qui prend cette voie pour mieux classer les types de liens, cela renforce la nécessité de garantir l’utilisation de pratiques de création de liens authentiques et légitimes. Google travaille encore plus dur pour savoir qui essaie de jouer avec le système, en visant uniquement des liens en quantité tout en ne fournissant qu’un contenu de faible qualité.

Avec le passage de “ignorer” à “suggérer”, Google regarde clairement de plus près la façon dont nous créons des liens. Mais il est également important de savoir que Google n’a jamais complètement ignoré ces balises nofollow – il les a toujours utilisées comme points d’exploration pour mieux parcourir l’internet avec ses robots. Ainsi, même la nouvelle désignation “indice” n’est pas un changement aussi important qu’il n’y paraît à première vue – ils ont toujours cherché.

Pour l’instant, il n’y a pas de changement significatif – en dehors de l’utilisation des deux nouvelles étiquettes – pour affecter l’industrie. Mais cela laisse entrevoir les efforts continus de Google pour mieux servir les résultats de recherche. La pression est donc plus forte pour que les créateurs de liens évaluent les possibilités de liens et ne capitalisent que sur des contenus de haute qualité.

Les liens ont-ils encore de la valeur ?

Tout cela étant dit, vous pourriez être tenté de penser que les liens perdent de leur valeur.

Les chiffres et les professionnels s’accordent à dire que les liens et la création de liens n’ont pas seulement encore de l’importance – ils sont essentiels pour quiconque veut réussir en ligne. Ils ont plus de valeur que jamais. Ils sont simplement plus difficiles à créer aujourd’hui.

En 2019, les liens pertinents et fiables figurent dans la liste des sept premiers symboles de classement du Search Engine Journal. Les exemples cités visent à apporter une valeur ajoutée au lecteur. Les liens pour le plaisir des liens ne vous rapporteront aucun point.

Dans une étude SEMRush, ils ont déterminé que le total des domaines de référence et le total des liens retour sont les cinquième et sixième facteurs de classement les plus importants. Pour ce qui est du contexte, les mots clés dans le corps du contenu de votre site se situent en treizième position dans la même étude.

Pour nos propres clients, nous avons gagné une position de premier rang grâce au link building et à l’augmentation des conversions grâce au link building !

Ce sur quoi toutes les études récentes (et notre expérience) s’accordent : la qualité des liens est plus importante que jamais. Les meilleurs services de link building utiliseront les critères suivants pour s’assurer qu’un lien en vaut la peine :

Une source fiable. Le lien provient-il d’un site web crédible ? En général, vous voulez éviter d’obtenir des liens provenant de domaines manipulateurs, y compris des domaines qui ont été pénalisés ou qui enfreignent les conditions d’utilisation de Google d’une autre manière.
Une source pertinente. Le site qui renvoie au vôtre provient-il du même créneau ? Le contenu entourant le lien a-t-il un rapport avec votre entreprise ou le genre de choses que vous proposez ? En général, vous souhaitez être lié à des sites très pertinents, et non pas n’importe où.
Nombre d’autres liens sur la page. En général, moins il y a de liens sur la page qui renvoie à votre site, plus votre lien aura de valeur. Il est préférable d’être inclus en tant que caractéristique d’une page, par exemple, plutôt qu’en tant que l’un des 50 liens d’un site d’annuaire.
Envoie du trafic. Le lien idéal non seulement transmet la valeur de classement d’un site à un autre, mais il envoie également un trafic pertinent et ciblé vers votre site.
Parmi les autres critères, citons la réciprocité du lien (il vaut mieux qu’il ne le soit pas) et, en général, plus un lien est difficile à acquérir, plus il a tendance à être de qualité (les liens que vous pouvez simplement soumettre par vous-même ont tendance à valoir beaucoup moins).

La “quantité” est un peu plus facile à cerner : Plus vous avez de liens de qualité, mieux c’est. Ce n’est pas toujours le cas que le plus grand nombre de liens gagne, mais si vous pouvez maintenir la qualité et augmenter le nombre de vos liens, vous êtes sur la bonne voie.

Et c’est exactement ce dont il s’agit aujourd’hui avec la création de liens.

À quoi ressemble le link building moderne ?

C’est peut-être Jon Ball qui a le mieux résumé la situation en disant ce que le link building n’est pas :

“Le link building, ce n’est plus simplement soumettre un contenu mal écrit à des dizaines de fermes de liens que personne ne voit jamais en dehors d’un crawler. Le link building ne consiste plus à cacher un texte d’ancrage riche en mots-clés sous un infographique. Google est de plus en plus intelligent et il affine sans cesse son algorithme pour éviter les tentatives de manipulation”.

Matt Cutts appelle cela “la sueur et la créativité”.

Le link building est une tactique marketing éprouvée et une forme de promotion valable.

Aujourd’hui, le link building consiste à rechercher délibérément et à suivre les possibilités de faire connaître votre contenu et votre site web à un public qui s’en soucie. Il s’agit d’agir comme un ambassadeur de votre contenu et de l’amener là où il trouvera le succès.

Pour réussir, vous devez avoir construit quelque chose qui vaut la peine d’être référencé – et cela met en évidence l’élément “créer un grand contenu” du marketing de contenu. Aucun webmaster ne veut créer un lien vers vous à moins qu’il ne pense que votre contenu offre quelque chose de valeur à ses visiteurs.

Mais la création de liens ne se limite pas à construire et à attendre : Il s’agit d’une promotion ciblée de votre contenu avec tact auprès d’un public qui ne l’aurait jamais rencontré autrement, avec un discours qu’il ne peut (et ne voudrait) tout simplement pas ignorer.

Alors que le link building était autrefois automatisé et sans visage, il est aujourd’hui profondément personnel. Il ne s’agit plus de tromper le système, mais de chercher des endroits où établir un lien, faire participer un public et construire une relation qui profite à toutes les personnes concernées.

Un lien est toujours un vote de confiance, et gagner la confiance de quelqu’un est une compétence que toute entreprise prospère devra maîtriser.

Les tactiques de création de liens sont toujours aussi astucieuses : recherchez vos concurrents, recherchez les liens cassés à remplacer, apportez du contenu à des sites pertinents, suscitez des conversations avec des communautés qui s’intéressent à vous et, oui, cherchez même des annuaires de niche édités par des humains.

Évitez donc les opposants. Le développement de liens n’est pas mort – il a simplement évolué et, en tant qu’entreprise, vous ne pouvez pas vous permettre de le laisser tomber.

Comme un animal dans la nature, les pratiques de marketing des moteurs de recherche doivent s’adapter, sinon elles risquent de disparaître. Le link building est un exemple parfait et, heureusement, il n’a pas à subir le même sort que le tigre à dents de sabre ou le dodo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *