31 octobre 2020
Comment traiter l'insomnie

Comment traiter l’insomnie?

On a pu constater que l’insomnie touche plusieurs personnes dans le monde. Elle est beaucoup plus répandue qu’on ne le pense. Elle peut aussi prendre différentes formes. Vivre l’expérience d’une mauvaise nuit en une seule fois est encore supportable et gérable, mais lorsque cela devient fréquent, la situation devient beaucoup plus difficile. Il est donc important de chercher rapidement des solutions pour retrouver des nuits apaisées. Il convient d’abord de déterminer quels types d’insomnie vous souffrez. Ensuite, il faut connaître au préalable les traitements.

Qu’est-ce que l’insomnie ?

En résumant tous les propos concernant l’insomnie, on peut le définir comme un trouble concernant l’initiation du sommeil, sa durée, son maintien ou sa qualité, survenant en dépit d’occasions et de circonstances adéquates au sommeil et ayant pour conséquence une altération du fonctionnement diurne de l’individu.
L’insomnie peut être aiguë (insomnie à court terme ou d’ajustement) ou chronique quand elle dure depuis trois mois ou plus et se répète au moins trois fois par semaine. Parmi les conséquences les plus fréquentes de l’insomnie figurent :

  • Les troubles de l’attention, de la mémoire ou de la concentration ;
  • Une fatigue ou un malaise ;
  • Un dysfonctionnement social ou professionnel ;
  • Une irritabilité, des troubles de l’humeur ;
  • Une somnolence diurne ;
  • Une diminution de l’énergie ;
  • Une propension aux erreurs et un risque d’accidents en cours de la journée ;
  • Une céphalée de tension ;
  • Une anxiété de mal dormir.

On distingue deux types d’insomnie : l’insomnie à court terme et l’insomnie chronique.

  • Insomnie chronique : lorsque les symptômes se manifestent pendant au moins trois nuits par semaine et persistent pendant trois mois ou plus.
  • Insomnie aiguë ou à court terme : un bref épisode de difficulté à s’endormir provoqué par le stress, les événements de la vie, le décalage horaire. L’insomnie aiguë tend à disparaître sans traitement.

Les traitements de l’insomnie

Vous devez d’abord savoir que l’insomnie n’est pas une maladie, il s’agit d’un symptôme. Elle est parfaitement traitable et les mesures à prendre dépendent du type d’insomnie dont vous souffrez. Généralement, pour mieux dormir, il faut privilégier les traitements pharmaceutiques. Mais vous pouvez également effectuer les soins vous-mêmes, en les appuyant avec l’aide d’un thérapeute en ligne par exemple, ou en consultant des blogs comme celui de la vallée de vicdessos.

  • Insomnie à court terme : son traitement comporte deux mesures, d’une part la gestion du facteur précipitant de l’insomnie, événement de vie stressant, gêne ou douleur physique, facteur de l’environnement, et d’autre part une médication hypnotique à court terme.
  • Insomnie chronique : le choix du traitement repose d’abord sur une analyse fonctionnelle détaillée du trouble, insomnie chronique isolée ou insomnie chronique associée à une comorbidité, c’est-à-dire plusieurs maladies associées.

Les interventions non-pharmacologiques requièrent une pleine participation du sujet et ne peuvent donc être proposées à tout le monde, et qu’elles peuvent être associées, au moins au début, à une thérapeutique pharmacologique. De plus, les différents sous-types de l’insomnie chronique isolée peuvent amener à qualifier le traitement.
Les interventions non-pharmacologiques comprennent trois aspects : éducatif, comportemental et cognitif. Ils sont associés à l’un ou l’autre type de relaxation lorsque le niveau d’activation, physiologique, cognitif ou émotionnel, contribue de façon significative à l’insomnie. Ces interventions peuvent être proposées et contrôlées par un thérapeute, psychologue ou médecin, spécialement formé.
L’indication de choix de ces interventions non-pharmacologiques est l’insomnie psychophysiologique. Dans le cas de l’insomnie idiopathique et de l’insomnie paradoxale l’indication est la même, mais il faut savoir que ces deux types d’insomnie sont souvent plus difficiles à traiter efficacement. L’insomnie due à une hygiène inadéquate du sommeil repose surtout sur l’aspect éducatif du traitement non-pharmacologique. Quant à l’insomnie comportementale de l’enfant elle relève exclusivement d’une approche non-pharmacologique, mais totalement différente de celle proposée à l’adulte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *